LE CROCODILE EN PHARMACIE

 

Le crocodile a de tout temps été un animal qui attire la curiosité, l’effroi ou le respect. Curieux et effroyable il l’est - même empaillé et suspendu au plafond de la pharmacie! Mais il y a une raison pourquoi il est là!

 

En effet le crocodile avait - au XVIe et XVIIe siècle - une place de choix dans les cabinets de curiosité des monarques, savants et bourgeois fortunés. Et, à même titre et pour les mêmes raisons, il occupait une place importante dans les officines pharmaceutiques. Il s’agissait d’étonner le patient et de montrer qu’on était bien marchands en toutes sortes de remèdes venant des pays les plus exotiques.

 

Le crocodile lui-même n’est source que de peu de remèdes, il n’a pas vocation de guérir, il effraie et demande respect. Respect pour  la  magie naturelle, pour le lieu, qui n’est pas une simple boutique, mais où se traitent les maladies qui ne sont pas du registre du chirurgien ni du dentiste, voire du rebouteux, respect pour un symbole.

 

Déja l’enseigne de la pharmacie suggérait un bestiaire des plus étranges: licorne, pélican, cerf et bien d’autres signes cherchaient à démontrer la qualité peu ordinaire des lieux.

Il n’y avait pas que des crocodiles dans les pharmacies - d’autres animaux singuliers et étranges pouvaient faire partie du décorum - il y avait le laboratoire et les instruments, les fioles, flasques et autres cucurbites, les drogues, les onguents et les teintures dans leurs récipients parfois richement décorés -  il s’agissait d’impressionner le patient, le client.

Il en est de même aujourd’hui. Voilà pourquoi le crocodile est suspendu au plafond.